Le jeu d'échecs : un sport cérébral bénéfique pour les petits et les grands

21 novembre 2019 Sport cérébral

Le jeu d’échecs véritable champ de bataille où s’affrontent 2 armées, aiguise les esprits.

Le combat mental, la rivalité amicale entrent en action. Echec et mat pour le roi ! quelle est l’armée qui abdiquera ?

Le jeu d’échecs représente un challenge captivant pour les joueurs. Confronter sa force mentale avec un adversaire talentueux, c’est stimulant, surtout lorsque l’on remporte la victoire.

Les bénéfices du jeu d’échecs

Meilleur sport cérébral, le jeu d’échec stimule le cerveau. Il développe la concentration, la mémorisation, améliore le quotient intellectuel. L’esprit est éveillé pour apprendre et trouver rapidement des solutions. La confiance en soi est renforcée.

La composition du jeu d’échecs

Le jeu se compose de 32 pièces (16 pour chaque camp) et d’un échiquier. Chaque joueur possède une armée qui regroupe :

  • le roi,
  • la reine,
  • 2 fous,
  • 2 cavaliers,
  • 2 tours,
  • 8 pions.

L’échiquier  représente le champ de bataille où sont positionnées les pièces. Il se compose de 64 cases blanches et noires en 8 colonnes verticales et 8 rangées horizontales.

Le principe du jeu d’échecs

Le joueur qui appliquera le meilleur plan d’attaque, portera le coup fatal «  échec et mat «  au roi adverse. Piégé sans aucune solution pour s’échapper, le roi sera obligé d’abdiquer.

Les parties peuvent durer longtemps ou terminer brusquement.

En s’entrainant régulièrement, le novice pourra acquérir différentes stratégies et tactiques.

Les bienfaits d’initier les enfants au jeu d’échecs :

Les bénéfices sont nombreux. Le jeu d’échecs permet aux enfants de développer leur confiance en eux-mêmes, ce qui est essentiel pour leur construction et leur épanouissement. D’autre part, ils apprennent à mieux se concentrer et à mémoriser. Ils deviennent plus réactifs pour solutionner un problème. Selon une étude réalisée en Espagne, le jeu d’échecs diminuerait l’hyperactivité des enfants.